Edition : ROUMANIE-Bucarest
Rédacteur : Ana CHIFU
Retour page précédente Retour page d'accueil de cette édition Partager sur Facebook Contacter le rédacteur de cette édition Aller page suivante

Flûtiste roumaine, ancienne élève de l'Ecole Normale Alfred Cortot à Paris, membre de l'Orchestre de Chambre Metropolitan Bucarest et de divers ensembles de musique contemporaine.


Ana CHIFU a étudié la flûte traversière à l’Université Nationale de Musique de Bucarest, l’Université de Musique de Dortmund et à l'Ecole Normale de Musique Alfred Cortot à Paris. Elle a par ailleurs remporté plusieurs Prix nationaux et internationaux.

Ana CHIFU a donné de nombreux concerts et récitals, notamment en Europe (Roumanie, France, Allemagne, Pologne, Irlande, Italie, Finlande). Elle s'est produite en soliste avec l'Orchestre de Flûtes Français, l'Orchestre Concerto, le Lyceum Strings Orchestra.

Elle a également participé à différents festivals tels que le Festival International de Musique Contemporaine "Automne de Varsovie" (Pologne), la Semaine Internationale de Musique Nouvelle (Roumanie), le Festival Meridian (Roumanie), le Hilltown New Music Festival (Irlande), ainsi que le Tom Johnson Festival (Allemagne).

En Roumanie, elle a collaboré entre autres avec l'Orchestre Philharmonique de Bucarest "George Enescu" et elle est actuellement membre de l'Orchestre de Chambre Metropolitan Bucarest, et de divers ensembles de musique contemporaine : "Profil-Sinfonietta", "Propuls", "Devotio Moderna", "Opus.art", SeduCant".

Ana poursuit parallèlement des études doctorales à l'Université Nationale de Musique de Bucarest.


"En France, j'ai acquis beaucoup d’expérience musicale et surtout culturelle, mais c’est après être rentrée en Roumanie que j’ai pu vraiment réfléchir et appliquer ce que j’y avais appris.
Chaque fois que je suis allée en dehors de la Roumanie pour faire des études ou des concerts ça a toujours été un plaisir pour moi et cela m'est facile de m’adapter, mais quand on me demande pourquoi je reviens toujours en Roumanie, je me rends compte que mon pays m’attire comme un aimant !
Même s'il faut avoir au moins deux fois plus d'activités que dans la majorité des pays d’Europe pour pouvoir gagner sa vie comme musicienne, cette "bataille” me stimule et je me sens plus forte, comme si j’avais vraiment un rôle dans la culture de mon pays." - A.C.



Analyses des visites
Aujourd'hui: 0 visites
Total des visites: 94327
Pays des visiteurs du jour: